Les plaisiroi(se)s luttent pour plus de bus !

La communauté d’agglomération de Saint-Quentin en Yvelines a annoncé que le réseau de bus allait changer le 3 septembre 2018. La commune de Plaisir n’échappe pas à cette réforme et c’est bien ce qui inquiète et révolte les plaisiroi(se)s !

De nouvelles problématiques s’ajoutent aux précédentes

En effet à Plaisir le réseau, à défaut de s’améliorer, va connaître de nouveaux problèmes :

  • Le ligne 20 sera supprimé de Plaisir
  • La ligne 9 ne fera plus que la navette entre la gare Plaisir-Grignon et la halle du marché.
  • La ligne 8 ne desservira plus les axes de la gare Plaisir-grignon/Mairie et Plaisir-Grignon/Plaisir-Les Clayes/Quartier de l’Aqueduc de l’Avre
  • La ligne 44 sera la seule à desservir le centre-commerciale du Grand-Plaisir mais ne desservira plus le quartier du Valibou
  • La ligne 50 ne desservira plus l’axe Plaisir-Grignon/Quartier du Valibou/Quartier de l’Aqueduc de l’Avre au profit de l’axe Plaisir-Grignon/Rond-point du Petit Saint-Cloud/Quartier des Dames
  • Le quartier de l’Aqueduc de l’Avre, dont le théâtre Eurydice, ne sera plus desservi puisque contourné

Des abberations qui s’ajoutent aux problématiques actuelles qui ne seront pas résolus par la réforme !

  • Correspondances quasi-inexistantes entre l’arrivé des trains SNCF des deux gares et les bus desservants ces gares
  • Fréquence des bus largement insuffisante sur un certains nombres de lignes (4 et 100 express, 10…)
  • Pas de bus après 21h00 à Plaisir
  • Une répartition inégale des bus entre les différents quartiers de la ville

Toutes ces problématiques réunis font de Plaisir une ville isolé des autres, une ville où il est difficile de circuler en transport en commun, une ville où sortir le soir c’est prendre le risque de ne pas pouvoir rentrer chez soi sauf au péril de sa vie (car prendre les grands axes routiers à pied ou à vélo c’est dangereux et interdit) et une ville où on ne peut aller aisément de quartier en quartier en bus.

Des habitant(e)s indigné(e)s et une maire amusée

Le réseau de bus proposé ne répondant pas au besoin d’une ville de 30 000 habitants qu’est Plaisir, des habitant(e)s ont donc décidé(e)s de faire entendre leur colère et leurs revendications en fondant le collectif « Plus de bus à Plaisir ». Une pétition fût lancée et des pages sur les réseaux sociaux ouvertes. Face au nombre considérable de plaisiroi(se)s excédé(e)s du manque de considération envers leur vie quotidienne, une manifestation a eu lieu le 30 mai dernier devant la mairie annexe à 19h00.

Le soir même de la manifestions eu lieu le conseil municipal. Madame la Maire, Joséphine Kollmannsberger, fût interpeller copieusement par les citoyen(ne)s présent(e)s à son arrivé à l’hôtel de ville annexe. Si elle céda volontairement à serrer la main de tout le monde, son sourire contrefait et ses réponses provocatrices ont indigné d’avantage les habitant(e)s présent(e)s qui ont rempli la salle du Conseil à 20h00. Lors de ce conseil Madame le Maire à commise plusieurs erreurs :

  • Inviter les manifestant(e)s à discuter dans la salle, lancer le conseil comme si rien n’était, l’interrompre pour faire une déclaration lorsque les plaisiroi(se)s présent(e)s l’ont vivement interpellé(e)s et se lancer dans un débat qu’elle refuse manifestement.
  • Redéfinir les mots pour enjoliver sa communication : « je ne dirais pas tract mais flyer », « je ne dirais pas « manifestation » mais présence d’opposition ».
  • Chasser le public elle-même et sans prononcer un huis clos !
  • Obliger Isabelle Al-Soubaihi et Annie-Joëlle Priou-Hasni, élues de l’oppositions de gauche, à poser leur question au sujet du réseau de bus à la fin du conseil alors qu’il s’est terminé à une heure du matin !

Une affaire à suivre

Une nouvelle réunion a eu lieu entre les représentants du collectif « Plus de bus à Plaisir » et la Maire. La municipalité soutient désormais le collectif citoyen et l’a fait savoir auprès de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin en Yvelines. Pour l’instant la seule amélioration obtenus est médiocre : une fréquence 20 minutes sur les lignes 8 et 9. A suivre…

Tristan Péribois, plaisirois adhérent d’EELV

Remonter